Un premier rapport sur les Priorités en matière d’eaux urbaines au Canada consacré au paysage de l’eau en évolution

September 18, 2014


Un premier rapport sur les Priorités en matière d’eaux urbaines au Canada consacré au paysage de l’eau en évolution

Des chefs de file en gestion de l’eau de partout au Canada unissent leurs efforts pour définir les enjeux et les occasions opportunes à l’échelle nationale 

Waterloo (Ontario), le 18 septembre 2014 – L’eau est le commun dénominateur de notre économie, de nos écosystèmes et de la santé de nos communautés. En 2014, le Consortium sur les eaux urbaines du Canada du Réseau canadien de l’eau (RCE) a constitué le Groupe de leaders du Consortium (GLC) pour définir les priorités nationales en gestion des eaux urbaines et déterminer les secteurs où des actions et des investissements ciblés peuvent générer des solutions durables. Le paysage habituel d’une forte consommation d’eau associée à des tarifs bas – qui a si fortement caractérisé l’utilisation de l’eau au Canada – est en évolution, et le GLC a cerné les priorités essentielles dans ce premier rapport sur les Priorités en matière d’eaux urbaines au Canada (télécharger).

« Les Canadiens reconnaissent que l’importance de l’eau dans leur vie quotidienne va au-delà d’une eau potable saine », commente Bernadette Conant, directrice générale du Réseau canadien de l’eau. « Il nous faut une direction solide dans tous les secteurs, notamment pour se prémunir contre les inondations, traiter les eaux usées et veiller à la propreté de nos rivières et de nos plages. Le rapport de 2014 sur les Priorités en matière d’eaux urbaines au Canada jette les bases des changements à venir et nous espérons qu’il orientera les efforts dans plusieurs domaines de la gestion de l’eau. »

Ce rapport, le tout premier en son genre, aborde les quatre priorités nationales cernées plus tôt cette année par le GLC :

  • Gestion intégrée des risques – cerner les risques associés à l’eau potable des réseaux urbains, aux eaux usées, aux eaux pluviales et aux bassins hydrographiques urbains et comprendre comment ils sont interreliés.
  • Recouvrement intégral des coûts et financement – évaluer le coût réel du maintien de normes hydriques élevées pour aider les gestionnaires à élaborer des structures tarifaires qui reflètent ces coûts et génèrent les revenus nécessaires à l’entretien des  infrastructures et aux investissements afférents.
  • Récupération des ressources issues des eaux usées et des biosolides – mesurer les risques et les avantages potentiels des techniques de gestion des biosolides et des technologies de récupération et de réutilisation des eaux usées pour aider les municipalités à choisir ce qui leur convient le mieux.
  • Tempêtes et conditions météorologiques extrêmes – innover pour faire face aux « nouvelles conditions normales » causées par les changements climatiques ou d’autres facteurs afin de permettre aux municipalités d’accroître leur résilience.

« Le paysage des eaux urbaines est en train de changer et il faut investir dans ce domaine pour répondre aux demandes actuelles et futures », remarque Warren Wishart, gestionnaire du Consortium sur les eaux urbaines au Canada. « S’adapter aux changements, surtout ceux ayant trait au climat, est un des grands enjeux actuels de la gestion des eaux urbaines. Les innovations dans ce domaine seront importantes au cours des années à venir et elles permettront aux municipalités de devenir plus résilientes pour faire face aux changements en cours ».

Lancé en 2009, le Consortium sur les eaux urbaines au Canada a travaillé en étroite collaboration avec les municipalités, l’industrie, le gouvernement et les équipes de recherche pour susciter des avancées liées aux enjeux de la gestion des eaux urbaines. Le GLC a été formé en 2014 pour discuter des principaux enjeux, s’y attaquer et définir les priorités nationales en matière de gestion de l’eau. À ce jour, le groupe se compose de 12 organismes répartis dans l’ensemble du pays, de Victoria à Halifax.

Depuis 2001, le Réseau canadien de l’eau a réuni plus de 180 partenaires, incluant des acteurs de l’industrie, des organisations gouvernementales et non gouvernementales ainsi que 80 municipalités, pour travailler à divers projets. Grâce au financement du RCE au cours des 12 dernières années, 80 projets ont donné des résultats directs utiles aux municipalités.

« Je félicite le Réseau canadien de l’eau et le Consortium sur les eaux urbaines au Canada pour la publication de ce premier rapport sur les Priorités en matière d’eaux urbaines au Canada, a déclaré Peter Braid, député de Kitchener–Waterloo. Le RCE continue à jouer un rôle important dans le développement de solutions novatrices pour répondre aux défis de la gestion de l’eau au Canada. »

À propos du Consortium sur les eaux urbaines au Canada
Créé en 2009 par le Réseau canadien de l’eau, le Consortium sur les eaux urbaines au Canada se penche sur les priorités liées à la gestion de l’eau dans les municipalités et voit à établir et préciser les répercussions des résultats de la recherche aux fins de leur application au processus décisionnel et à la gestion des risques. Le Consortium réunit des gestionnaires de réseaux municipaux d’eau potable, ainsi que des intervenants de l’industrie et de tous les ordres de gouvernement, au sein d’une démarche collaborative pour mieux affronter les défis de la gestion de l’eau au Canada.

À propos du Réseau canadien de l’eau
Le Réseau canadien de l’eau (www.cwn-rce.ca), dont le siège social est situé à Waterloo, en Ontario, a été créé en 2001 par le programme des Réseaux de centres d’excellence afin de faire le lien entre les chercheurs internationaux et les décideurs qui voient aux enjeux pressants liés à la gestion de l’eau. Le Réseau canadien de l’eau veille à mobiliser l’expertise des chercheurs aux fins d’accroître la capacité des intervenants et des bâtisseurs à répondre aux défis de l’eau.

— 30 —

­­Pour plus d’information ou pour demander une entrevue, veuillez joindre :

Pira Pathmanathan
Environics Communications
416-969-2765
ppathmanathan@environicspr.com