Données de base pour l’élaboration d’un programme de surveillance des invertébrés de l’endofaune et de l’épifaune dans le port de Saint John

Heather Hunt, professeure, Université du Nouveau-Brunswick
Enjeu

Les invertébrés benthiques sont des organismes très appropriés pour la surveillance de la pollution de l’eau, car ils répondent rapidement aux perturbations, ils peuvent être prélevés en quantités suffisantes pour déceler les changements et sont très peu mobiles. Les invertébrés benthiques sont également importants sur le plan écologique, car ils sont la source alimentaire de nombreux organismes, y compris d’espèces commerciales de poissons, et ils influent sur d’importants processus écologiques comme les cycles des éléments, les colonnes d’eau, et le transport et la stabilité des sédiments. La collecte d’information sur les invertébrés benthiques marins est essentielle aux fins de l’élaboration d’un programme régional de surveillance des effets cumulatifs. 

Heather Hunt, Ph. D., est à la tête d’une équipe de recherche qui tente de déterminer des données de base sur les invertébrés benthiques dans le port de Saint John, y compris ceux de l’endofaune, qui vivent enfouis dans les sédiments, et ceux de l’épifaune, qui vivent dans les zones rocailleuses et sur les sédiments. Ces données serviront au Partenariat de surveillance environnementale – Port de Saint John (PSE-PSJ), formé de membres de l’industrie, du gouvernement et d’organisations non gouvernementales, qui entreprend l’élaboration d’un cadre régional de surveillance pour la détection des effets cumulatifs. L’équipe de projet verra notamment à déterminer les stratégies d’échantillonnage les plus efficaces pour prélever des invertébrés, les sites aptes à devenir des sites de référence dans le port, et les sites qui ont subi les plus lourds contrecoups de l’activité humaine.

Projet

L’équipe de Mme Hunt examine les variations saisonnières et annuelles chez les invertébrés benthiques qui composent l’endofaune du port de Saint John, les profils de distribution spatiale de l’abondance, et la « suffisance taxonomique ». L’équipe a procédé à un échantillonnage en 2011 et en 2012, qui se poursuivra en 2013. Elle compare les variations saisonnières dans l’abondance et la diversité des invertébrés entre les sites, dans le but de déterminer la meilleure saison pour l’échantillonnage. Elle examine l’effet de la taille de l’échantillon, les profils de distribution spatiale de l’abondance, y compris l’effet de la profondeur et des écarts entre l’arrière-port et l’avant-port, ainsi que la suffisance taxonomique pour les invertébrés benthiques de l’endofaune. Elle étudiera les changements d’une année à l’autre en prélevant des échantillons dans des sites spécifiques au cours des trois années. L’équipe de projet examine également différentes stratégies d’échantillonnage pour les zones à fond dur, dont des collecteurs remplis de galets qui serviront à étudier le recrutement d’invertébrés qui se fixent aux roches dans les fonds de gravier et de galets du port.

Les données relatives à l’abondance et à la diversité des organismes benthiques seront combinées aux données des autres équipes qui réalisent des études dans le port de Saint John, afin d’évaluer les liens potentiels entre les assemblages d’invertébrés marins et leur habitat. 

Bien que les travaux soient toujours en cours, certains résultats préliminaires ont été dégagés et partagés au sein du PSE-PSJ. Les données qui proviennent des échantillons d’invertébrés de l’endofaune prélevés en 2011 montrent une gamme plus variée d’espèces dans l’avant-port de Saint John, et une différence marquée entre les sites de l’arrière-port et ceux de l’avant-port.

Produits
  • Élaboration d’une stratégie d’échantillonnage optimale pour les futurs sites de surveillance
Résultats
  • Des changements dans les façons de faire, puisque ce projet devrait avoir influencé de façon directe les modes de surveillance utilisés par les partenaires au sein du Partenariat de surveillance environnementale – Port de Saint John. Les résultats du projet permettront au PSE-PSJ d’élaborer une stratégie d’échantillonnage optimale et de déterminer des sites de référence pour la surveillance future des invertébrés, aux fins de la détection des effets cumulatifs de l’activité humaine.
  • Trois équipes de recherche réalisent actuellement des projets pour le compte du PSE-PSJ relativement à des composantes du cadre régional de surveillance. Dans le cadre de leurs efforts conjoints, les équipes et les partenaires se sont rencontrés plusieurs fois pour discuter du meilleur mode de coordination de la recherche et des pratiques de surveillance des membres.  
  • Lorsque les meilleures stratégies d’échantillonnage, les sites de référence et les sites les plus touchés par les activités humaines auront été déterminés, ils seront utilisés pour surveiller les effets cumulatifs des activités actuelles et ultérieures dans le port de Saint John, pour accroître la cohérence et la comparabilité des programmes de surveillance des divers partenaires, et pour permettre des actions et une prise de décisions ciblées dans la région.
Hunt 288

Équipe de Recherche et Partenaires:

Équipe de Recherche

Heather Hunt, professeure agrégée, Université du Nouveau-Brunswick
Rémy Rochette, professeur; Université du Nouveau-Brunswick

Partenaires

Partenariat de surveillance environnementale – Port de Saint John :
ACAP Saint John
Institut canadien des rivières
Canaport LNG
Emera
Entreprise Saint John
Environnement Canada
Pêches et Océans Canada
Fundy North Fishermen’s Association
Irving Oil Ltd
J.D. Irving Ltd
Lou Van Guelphen
Ministère de l’Environnement du Nouveau-Brunswick
PotashCorp (Division du N.-B.)
Chambre de commerce de Saint John
Ville de Saint John (Eaux)
Administration portuaire de Saint John

RAPPORT

CWN FR StJohnHarbour 2016