Évaluation globale des facteurs d’importance pour le maintien et la restauration des rivières dans les bassins versants agricoles

Michel Robin, Université d’Ottawa, 2005 - 2007
Enjeu

Le maintien de la santé des réseaux fluviaux dépend de variables externes et internes, notamment les interactions sociales et institutionnelles entre les utilisations concurrentes de l’eau. Les problèmes de quantité et de qualité d’eau sont liés à des modèles de société qui font obstacle aux mesures correctives : des utilisations et demandes conflictuelles et des traditions et perceptions sociétales. La résolution de ces conflits connexes peut aider à éliminer les obstacles aux mesures d’assainissement. Certains des bassins hydrographiques les plus vulnérables et les plus controversés au Canada sont ceux affectés par l’agriculture. À l’heure où l’Ontario met au point des stratégies de protection des sources d’eau en fonction des bassins versants, tout en investissant de façon agressive dans la production d’éthanol et permettant l’accélération de l’élevage, le présent projet de recherche fournit un cadre de travail pour caractériser de manière globale les facteurs socio-économiques et environnementaux au sein d’un bassin fluvial. L’approche multidisciplinaire intègre les résultats et donne un produit final : une évaluation globale d’un bassin fluvial représentatif en Ontario.  

Ce projet a généré des connaissances utiles à l’industrie comme au grand public, pour éclairer les décideurs, dont notamment les obstacles à l’action et les activités d’utilisation du territoire qui contribuent spécifiquement à la diminution de la qualité de l’eau. L’équipe du projet a également fourni une série de recommandations pratiques permettant d’améliorer l’état de la rivière, sur les plans écologique, hydrologique et sociétal, et orienter les décisions relatives au développement actuel et à venir.

Projet

La recherche s’est déroulée dans le bassin de la rivière Raisin (RR) en Ontario, car ce dernier offrait une variété de systèmes hydrogéologiques, d’utilisations du territoire et de pratiques agricoles. Les études de terrain ont permis de cerner des sources de déversement de contaminants dans la rivière et ont orienté de façon ciblée les efforts d’assainissement. En 2005, les chercheurs ont réalisé des travaux de reconnaissance selon la méthode de conductivité électrique et de température (ECT) sur plus de 100 km et ils ont pu déterminer 50 zones de décharge préférentielle d’eau souterraine et de charge de contaminants le long de la rivière.

L’équipe du projet a mis au point de nouvelles méthodes pour estimer l’infiltration grâce à l’imagerie en infrarouge thermique au sol, les profils verticaux de température du lit de rivière et la cartographie de la température du lit de rivière. Lorsque les sources possibles de charge de contaminants ont été localisées, les chercheurs y ont récolté des échantillons pour examiner d’autres éléments de stress environnemental. L’étude a contribué à quantifier l’apport de l’industrie agricole à la charge d’éléments nutritifs et d’herbicides dans les eaux souterraines et de surface.

L’équipe de recherche a recueilli des renseignements dans le cadre de plusieurs exposés présentés lors de réunions de propriétaires fonciers et d’entrevues individuelles avec des propriétaires dans le but de dégager ce qui fait obstacle à l’adoption des pratiques respectueuses de l’environnement. Les chercheurs ont ensuite élaboré une série de « prescriptions d’actions » pour des activités précises d’utilisation du territoire contribuant à la détérioration de la qualité de l’eau, incluant des recommandations pratiques visant à améliorer l’état de la rivière sur les plans écologique, hydrologique et sociétal, y compris des mécanismes pour susciter la participation active et l’acceptation des parties concernées. 

Produits
  • L’équipe a produit un rapport sur l’état de la rivière qui va servir aux activités de la Raisin River Conservation Authority (RRCA), notamment la stratégie pour le patrimoine naturel, le plan de gestion de l’habitat du poisson et le programme d’assainissement des affluents de la rivière.
  • L’intégration des résultats générés dans les diverses disciplines a permis une évaluation globale de l’état de la rivière Raisin.
  • La formation donnée à la RRCA et à la South Nation Conservation Authority sur la méthode ECT va aider leurs équipes à réaliser de futurs inventaires. 
Résultats
  • Cette recherche contribuera au plan de mesures de restauration des zones préoccupantes du fleuve Saint-Laurent, en ce sens qu’elle aidera à concevoir des mesures correctives plus efficaces et mieux ciblées. 
  • Les décisions en matière d’investissement seront plus éclairées, car les données du projet ont été utilisées dans le cadre de la préparation des bilans hydriques et il y a maintenant des sites ciblés où l’on mesure directement les paramètres et les fluctuations de l’aquifère.
  • Les pratiques évoluent, car plusieurs sites ont été munis d’enregistreurs de température, de piézomètres, d’enregistreurs de transducteurs de pression, de mesureurs de l’infiltration et de fluviomètres. Ces données peuvent être utilisées pour les bilans hydriques au sein de la grande région de protection des sources d’eau de l’Est de l’Ontario.
  • L’industrie et le grand public peuvent prendre des décisions éclairées en fonction des renseignements concernant les obstacles à l’action et les activités d’utilisation du territoire qui contribuent spécifiquement à la diminution de la qualité de l’eau. Le projet a aussi fourni une série de recommandations pratiques permettant d’améliorer l’état de la rivière sur les plans écologique, hydrologique et sociétal et d’orienter les décisions relatives au développement actuel et à venir.
Robin-05-07_288.jpg

Équipe de Recherche et Partenaires:

Équipe de Recherche

Michel Robin, Université d’Ottawa
Ian Clark, Université d’Ottawa
Brewster Conant, Jr., Université de Waterloo
David Lean, Université d’Ottawa
Roger Needham, Université d’Ottawa
Frances Pick, Université d’Ottawa
Jeff Ridal, St-Lawrence River Inst. of Env. Science et Université Queen’s
David Rudolph, Université de Waterloo
Vance Trudeau, Université d’Ottawa

Partenaires

EOWRC
Raisin Region Conservation Authority
Canadian Wildlife Service
Thompson Rosemount Group
National Wildlife Research Centre
Kraft Foods Canada