Intégration des connaissances sur l’eau et la fracturation hydraulique: les impacts du paysage

Michael Quinn, directeur, Institute for Environmental Sustainability, Université Mount Royal , 2014 - 2015
Enjeu

La croissance soutenue de la fracturation hydraulique comme activité florissante a suscité des demandes d’obtention d’information supplémentaire sur les incidences environnementales, notamment en ce qui concerne les effets du paysage sur les eaux de surface et souterraines. Devant des propositions de fracturation hydraulique, les décideurs se trouvent confrontés à des enjeux complexes qui ne sont pas uniquement techniques, mais aussi de nature socio-écologique, et qui exigent donc des renseignements stratégiques venant combler l’écart entre les sciences et les politiques. Toutefois, la fracturation hydraulique se caractérise par des conditions changeantes, contradictoires et incomplètes – chacun des nombreux intervenants (gouvernements, universitaires, dirigeants d’industrie) ayant un point de vue différent. Pour prendre en compte ces perspectives opposées, il importe d’énoncer clairement le problème selon de multiples points de vue.

 

L’équipe du projet utilisera une approche transdisciplinaire pour résumer les connaissances existantes dans ce domaine, cerner les lacunes importantes en matière de renseignements, décrire les méthodes pour combler ces lacunes et en évaluer les mérites relatifs. 

Projet

Le but du projet est de comprendre les activités de fracturation hydraulique et les besoins décisionnels connexes dans le contexte des paysages régionaux canadiens. En utilisant un certain nombre de projets à petite échelle qui ont documenté les effets du paysage et de l’eau, l’équipe de chercheurs tâchera de comprendre les effets cumulatifs des activités de fracturation hydraulique sur les eaux de surface, les bassins versants et la demande en eau, dans un contexte régional. L’échelle régionale est celle qui offre le meilleur cadre pour comprendre à la fois la complexité de la prise de décision et les lacunes en matière de connaissances en cause dans l’interface entre les sciences et la gestion et entre les sciences et les politiques.  

 

Le projet se déroulera en trois étapes. En premier lieu (l’évaluation préliminaire), l’équipe élaborera un cadre de référence pour évaluer les facteurs liés aux répercussions du paysage sur l’eau et elle cernera les questions et les principales tendances régionales préoccupantes pour les décideurs. Dans un deuxième temps, l’équipe précisera les questions auxquelles la « science » doit répondre et celles auxquelles les politiques doivent répondre. Cet exercice comprendra des entrevues avec des représentants de l’industrie du pétrole et du gaz naturel au Canada. En dernier lieu, en consultation avec des intervenants et décideurs du secteur de l’énergie et de l’eau, l’équipe identifiera les facteurs, humains et naturels, de changement du paysage. Après ces trois étapes, l’équipe produira un sommaire pour répondre aux principales questions issues de l’analyse, dont une évaluation des forces et faiblesses potentielles des pistes de recherche cernées pour combler les lacunes limitant le processus décisionnel dans un contexte canadien. 

Produits

Produits anticipés

  • Sommaire des recherches actuelles précisant les secteurs où d’autres recherches seraient utiles pour soutenir le processus décisionnel
  • Présentation des résultats de la collecte et de l’analyse des données dans au moins trois endroits au Canada, dans le cadre de forum de partage de connaissances (événement du genre petit-déjeuner ou déjeuner-causerie) avec des membres de l’industrie, des responsables de la réglementation et le grand public.
  • Groupe de discussion dans le cadre du congrès « Under Western Skies » en septembre 2014, afin de susciter la discussion et la participation
  • Présentation d’exposés par l’équipe du projet lors d’un groupe de discussion sur la fracturation hydraulique qui aura lieu à Cornerbrook (Terre-Neuve) en septembre 2014.

 

 

Résultats

Résultats anticipés

Renforcement des connaissances ultimes :

  • Identification des principales lacunes en matière de connaissances pour les décideurs
  • Identification des pistes de recherche pratiques qui permettraient de combler ces lacunes à des fins décisionnelles.
  • Évaluation des forces et faiblesses potentielles des pistes de recherches cernées afin de combler les lacunes dans un contexte canadien
Quinn HF 288

Équipe de Recherche et Partenaires:

Équipe de Recherche

Michael Quinn, directeur, Institute for Environmental Sustainability, Université Mount Royal
Mary-Ellen Tyler, professeure, Université de Calgary
Anil Mehrotra, professeur, Université de Calgary
Joseph Arvai, professeur, Université de Calgary
Stephen Hill, professeur agrégé, Université Trent
Danah Duke, gestionnaire de projet, Miistakis Institute, Université Mount Royal
Gwen O’Sullivan, professeure adjointe, Université Mount Royal
Dena McMartin, professeure, Université de la Saskatchewan
Connie Van der Byl, professeure adjointe, Université Mount Royal
Stephen Tomblin, professeur, Université Memorial
Chris Hugenholtz, professeur agrégé, Université de Calgary

Partenaires

Pembina Institute
ALCES Group

RAPPORT
(disponible en anglais)

 

2015 Quinn report cover hydraulic fracturing