Cycle biologique des poissons dans le port de Saint John

R. Allen Curry, directeur scientifique, Institut canadien des rivières; professeur, Université du Nouveau-Brunswick, Fredericton, 2012 - 2014
Enjeu

Le port de Saint-Jean au Nouveau-Brunswick est soumis à de nombreux facteurs de stress provenant du ruissellement industriel, des décharges industrielles et municipales, de la navigation et des activités de dragage. De plus, on prévoit de futurs développements dans ce bassin versant. Le Partenariat de surveillance environnementale – Port de Saint John (PSE-PSJ) a entrepris l’élaboration d’un cadre de surveillance des effets cumulatifs des activités actuelles et futures dans le port. À cet effet, les partenaires de l’industrie, du gouvernement et des organisations non gouvernementales veulent examiner l’état de santé des poissons qui vivent dans le port à titre d’indicateur de la santé de l’écosystème dans son ensemble. Une équipe de recherche sous la direction d’Allen Curry, Ph. D., et associée au PSE-PSJ, cherche à déterminer les espèces de poissons aptes à agir à titre d’espèces biosentinelles et d’autres aspects liés à la surveillance des poissons.

Le projet a trois principaux objectifs:

  • Identifier des espèces de poissons biosentinelles qui sont pertinentes pour la surveillance, soit des espèces qui sont abondantes, non migratoires et qui sont présentes à la fois dans les sites de référence et les zones perturbées.
  • Orienter la mise en place de stations d’échantillonnage, y compris les sites de référence, les méthodes d’échantillonnage, le calendrier et la fréquence du prélèvement d’échantillons.
  • Établir des corrélations avec des incidences anthropiques, comme les activités de dragage, les rejets d’effluents et les concentrations de contaminants.
Projet

L’équipe de projet, sous la direction d’Allen Curry, travaille à déterminer les espèces de poissons les plus aptes à agir à titre d’espèces biosentinelles en examinant les populations piscicoles dans le port au fil des quatre saisons, tant en zone côtière qu’extracôtière, dans l’estuaire maritime et dans les ruisseaux d’eau douce qui s’y déversent. Une espèce biosentinelle est un organisme qui peut agir à titre d’indicateur des contraintes pesant sur nos ressources naturelles. En zone extracôtière, l’équipe de recherche déterminera la pertinence de diverses espèces à titre de biosentinelles en prélevant des échantillons de poissons juvéniles et adultes au moins quatre fois par année, ainsi que des échantillons de larves de poisson. Elle étudiera ces espèces dans des sites dragués et dans des sites non dragués.

En milieu côtier, l’équipe compte examiner des zones, comme des bâches, afin de déterminer si certaines des espèces susceptibles d’agir à titre d’espèces biosentinelles sont effectivement adéquates. Les chercheurs envisagent aussi d’étudier les espèces dans les ruisseaux d’eau douce qui se déversent dans le port. Lorsque les espèces biosentinelles les plus pertinentes auront été déterminées, elles fourniront des données de base sur la santé de l’écosystème.

En outre, ces travaux aideront l’équipe de projet à déterminer les meilleurs sites, moments et méthodes de prise d’échantillons de ces espèces aux fins de la mesure des changements. En consultation avec le PSE-PSJ, l’équipe de projet déterminera les sites qui sont ou qui risquent d’être perturbés (p. ex., ceux qui ont été affectés par le dragage ou qui le seront) et les sites les plus appropriés à l’intérieur du port pour servir de sites de référence. Ces travaux contribueront au grand objectif d’établir un cadre de surveillance des effets cumulatifs

Produits

Produits anticipés

  • Les chercheurs vont participer à deux rencontres par année (en mai et en novembre) organisées par les partenaires du groupe de travail. Ils y feront le point sur les travaux et discuteront avec les partenaires pour s’assurer que la recherche correspond toujours aux besoins des utilisateurs. 
  • Les chercheurs ont déjà remis aux partenaires du PSE-PSJ deux rapports de recherche sur l’échantillonnage et les résultats préliminaires de ces études.  
Résultats

Résultats anticipés 

  • On s’attend à des changements dans les pratiques, puisque ces travaux devraient avoir des retombées directes sur les modes de surveillance utilisés par les partenaires de l’industrie, du gouvernement et des organisations non gouvernementales réunis au sein du Partenariat de surveillance environnementale – Port de Saint John.
  • Le PSE-PSJ compte trois équipes de recherche qui travaillent actuellement aux composantes du cadre de surveillance de ce secteur. Dans le cadre de leurs efforts conjoints, les équipes et les partenaires se sont rencontrés plusieurs fois pour discuter du meilleur mode de coordination de la recherche et des pratiques de surveillance des membres.
  • De meilleures connaissances, découlant de l’étude et à la détermination des espèces sentinelles, des sites de référence, des calendriers et méthodes d’échantillonnage.
Curry_288.jpg

Équipe de Recherche et Partenaires:

Équipe de Recherche

Dr. Allen Curry, Science Director of Canadian Rivers Institute; Professor, University of New Brunswick Fredericton
Dr. David Methven, Adjunct Professor, University of New Brunswick Saint John
Dr. Simon Courtenay, Research Scientist, Fisheries and Oceans Canada and Canadian Rivers Institute; Research Professor, University of New Brunswick Fredericton
Lou van Guelpen, Curator, Fishes and Collection Manager, Atlantic Reference Centre, Huntsman Marine Science Centre

Partenaires

Saint John Harbour – Environmental Monitoring Partnership:
ACAP Saint John
Canadian Rivers Institute
Canaport LNG
Emera
Enterprise Saint John
Environment Canada
Fisheries and Oceans Canada
Fundy North Fishermen’s Association
Irving Oil Ltd
J.D. Irving Ltd
Lou Van Guelphen
New Brunswick Department of Environment
PotashCorp (N. B. Division)
Saint John Board of Trade
Saint John City (Water)
Saint John Port Authority

RAPPORT

CWN FR StJohnHarbour 2016