Particules de polymères avec et sans empreinte moléculaire pour l’élimination des CPSE et des PPSP présents dans les eaux et eaux usées.

Banu Örmeci, professeure agrégée, Université Carleton , 2009 - 2011
Enjeu

Au cours des dix dernières années, plusieurs études ont signalé la présence de traces de composés perturbateurs du système endocrinien (CPSE) et de produits pharmaceutiques et de soins personnels (PPSP) dans les eaux de surface, l’eau potable et les effluents d’eaux usées. Les PPSP sont des produits utilisés pour des raisons de santé ou à des fins cosmétiques. Ils ne font que commencer à intéresser les scientifiques et leurs effets sur la santé humaine et sur l’environnement sont encore inconnus. Puisque les CPSE sont capables d’imiter ou de bloquer le système hormonal des mammifères, leur présence dans les sources d’approvisionnement en eau et leurs effets indésirables sur la santé humaine et l’environnement sont de plus en plus préoccupants. Les CPSE et les PPSP sont généralement libérés dans l’environnement dans les rejets d’eaux usées et ils contaminent ainsi les eaux de surface d’où est tirée l’eau potable. Les concentrations de ces contaminants émergents sont extrêmement faibles, toutefois, plusieurs études en laboratoire et sur le terrain ont démontré que même à de faibles concentrations, ces composés peuvent avoir un impact sur les écosystèmes aquatiques. On soupçonne également qu’ils ont des effets indésirables sur la santé humaine.

Actuellement, les usines de traitement ne sont ni conçues ni efficaces pour éliminer les CPSE et les PPSP. Par conséquent, il importe de développer de nouvelles technologies qui soient novatrices, efficaces et abordables pour l’élimination de ces contaminants émergents. On a donc étudié, dans le cadre de ce projet, le recours à des particules de polymère avec et sans empreinte moléculaire (PAEM et PSEM) comme méthode novatrice de traitement pour éliminer ces nouveaux composés des eaux et eaux usées.

Projet

L’usage proposé de PAEM et PSEM pour éliminer les composés émergents est une nouvelle approche qui pourrait être très efficace pour l’élimination des CPSE et PPSP des eaux usées et de l’eau potable. La technologie est basée sur l’adsorption des CPSE et des PPSP sur de petites particules de polymère dont la dimension est inférieure à un micron. Cela permettrait d’éliminer toute production de sous-produits de déchets ou de composés de filiation qui peuvent être plus dangereux que les composés d’origine. Les PAEM, qui sont conçus pour avoir une grande sélectivité et une forte affinité pour les produits chimiques ciblés, sont idéaux pour le traitement des eaux usées industrielles où il faut retirer des composés précis présents en grande concentration. Quant aux PSEM, ils ont un grand potentiel pour ce qui est du traitement général des eaux usées et de l’eau potable qui requiert normalement l’élimination simultanée de divers contaminants.

Avec un taux d’élimination estimé à 80 %, les résultats de l’étude indiquent que les particules de PAEM et PSEM sont très efficaces pour éliminer un large éventail de CPSE et de PPSP des eaux usées et de l’eau potable. Leur efficacité de liaison est demeurée élevée même en présence de matière organique et d’autres éléments présents dans l’eau et les eaux usées. Une fois le traitement terminé, les particules de polymère peuvent être retirées de l’eau par coagulation, par force centrifuge ou par filtration. Pendant l’étude, les chercheurs ont créé des particules PAEM et PSEM ayant des propriétés magnétiques, facilitant ainsi leur retrait à travers des champs magnétiques. Ils ont démontré que ces particules PAEM et PSEM avaient des pouvoirs de liaison très élevés pour une gamme de composés émergents. Dans l’ensemble, l’équipe du projet a bien réussi à prouver le concept de la technologie des PAEM et PSEM et a démontré le fort potentiel de cette avancée technologique pour le traitement des eaux et eaux usées.

Puisque la technologie des PAEM et PSEM est basée sur l’adsorption, il n’y a pas de formation de sous-produits ou produits de filiation dangereux et, contrairement au charbon activé, l’agglutination en surface dans les eaux usées est peu probable. Les particules de polymère peuvent être conçues pour un type d’élimination bien précis ou pour une élimination à large spectre et simultanée de divers contaminants.  

Produits
  • Workshop on emerging contaminants in the environment and methods for their detection. More than 35 students from Carleton University and University of Ottawa attended the workshop.
  • Dissemination of project results was achieved through a combination of meetings, domestic and international conferences, as well as newspaper and radio interviews.

 

Publications

Murray, A., Örmeci, B., Lai, E. (2011). “Evaluation of Molecularly Imprinted and Non-Imprinted Nanoparticles for Removal of Endocrine Disrupting Compounds from Surface Water and Wastewater.” Water Science & Technology.

Xia, X., Lai, E., and Örmeci, B. (2012). “Ultrasonication-assisted Synthesis of Molecularly Imprinted Polymer-encapsulated Magnetic Nanoparticles for Rapid and Selective Removal of 17β-estradiol from Aqueous Environment.” Polymer Engineering & Science. Vol. 52: 8. Pp. 1775-1783.

Xia, X., Lai, E. and Örmeci, B. (2012). “Duo-molecularly Imprinted Polymer-coated Magnetic Particles for Class-selective Removal of Endocrine Disrupting Compounds from Aqueous Environment.” Environmental Science and Pollution Research.

Hassanzadeh-Khayyat, M., Lai, E., Kollu, K., Örmeci, B. (2011). “Degradation of Diclofenac in Molecularly Imprinted Polymer Submicron Particles by UV Light Irradiation and HCl Acid Treatment.” Journal of Water Resource Protection. Vol. 3: 9. Pp. 643-654.

 

Presentations

Murray, A., Örmeci, B., and Lai, E. (2011) “Removal of Emerging Contaminants using Imprinted and Non-imprinted Polymers.” Poster Presentation. Canadian Water Network: Connecting Water Resources.

Xia, X., Lai, E., and Örmeci, B. (2011) “Preparation of MIP-encapsulated Magnetic Nanoparticles for Selective Removal of Endocrine Disrupting Compounds from Drinking and Environmental Waters.” Poster presentation. Water Ex. Beijing.

Résultats
  • Improved and expanded treatment technology and management options.
  • Potential cost savings in relation to operating and maintaining water infrastructure, via the development of an inexpensive and reusable technology for removing emerging contaminants.  Polymers are cheap and can be inexpensively manufactured in large quantities, enabling full-scale applications in the near future. Polymer particles can also be regenerated and reused repeatedly.
  • Potential change in practice – as results indicated that the particles can be removed via enhanced coagulation after the treatment is complete. Thus, the technology can potentially be incorporated into existing wastewater treatment plants without requiring extensive structural or process changes.
Ormeci-IT_288.jpg

Équipe de Recherche et Partenaires:

Équipe de Recherche

Banu Örmeci, Associate Professor, Carleton University
Edward Lai, Professor, Carleton University

Partenaires

Parteq Innovations
Greencentre Canada