Gestion des ressources hydriques : des processus décisionnels à multiples objectifs et parties prenantes

Keith W. Hipel, Université de Waterloo, 2001 - 2004
Enjeu

Les projets sur les ressources hydriques concernent souvent de nombreux intervenants qui peuvent travailler soit en compétition soit de manière collaborative. Les projets portant sur l’approvisionnement, la distribution et le traitement de l’eau doivent se conformer à de nombreux objectifs et à un éventail de critères quantitatifs et qualitatifs, incluant les préférences et les valeurs des parties prenantes quant à la conception de base des politiques. Pour favoriser un règlement équitable des différends, les méthodes et procédures efficaces de résolution des conflits peuvent être formulées du point de vue des systèmes. 

L’équipe de recherche a développé une gamme d’outils décisionnels pour aborder les projets à partenaires multiples dans une perspective interdisciplinaire. Les chercheurs ont étudié une gamme de problèmes, allant de la contamination de l’eau potable aux exportations massives d’eau douce à l’étranger. Ils ont notamment conçu des techniques officielles pour la prise de décision selon une approche basée sur l’ingénierie des systèmes. L’étude tenait compte des aspects sociétaux de la résolution de problèmes en matière de ressources hydriques qui sont pertinents sur les plans de gouvernance et de politique dans le cadre d’une gestion intégrée des ressources en eau; elle a fourni des analyses stratégiques des conflits concernant l’exportation de l’eau. Les principaux utilisateurs de ces résultats sont les décideurs, ceux qui travaillent en gestion des ressources et en résolution des différends afin de trouver des solutions durables et socialement responsables.

Projet

Cette recherche sur les processus décisionnels impliquant de multiples objectifs et parties prenantes comportait cinq grandes composantes : politique et mise en œuvre; résolution de conflits; allocation équitable des ressources en eau; évaluation des solutions de rechange; études de cas au Canada. Les chercheurs ont étudié les problèmes liés à la politique de l’eau à l’aide d’outils de systèmes comme le modèle graphique de résolution de conflits, l’analyse décisionnelle multicritères et la théorie des jeux coopératifs. 

Dans le cadre de la composante de la politique et sa mise en œuvre, les chercheurs ont réalisé des analyses qualitatives et quantitatives des risques de la crise de l’eau potable de Walkerton, dégageant des indications quant aux causes de l’incident. Pour la composante sur la résolution de conflits, les chercheurs ont perfectionné la méthode du modèle graphique de résolution de conflits pour qu’il puisse tenir compte d’une gamme de complications se produisent en pratique, comme le suivi de l’évolution d’un conflit, la prise en compte de l’information sur les préférences dans l’incertain et du degré de préférence, et la description de l’incidence des émotions sur la prise de décision en situation de conflit. 

L’utilité de ces nouvelles technologies décisionnelles a été démontrée par des analyses stratégiques de conflits réels concernant la pollution d’un aquifère souterrain, la dégradation de la qualité de l’eau de surface et le développement durable. Pour la composante de la recherche portant sur l’allocation équitable des ressources en eau, les chercheurs ont développé un modèle de système complexe fondé sur des concepts incluant la théorie des jeux coopératifs, l’économie et l’hydrologie et visant à résoudre de façon équitable les problèmes d’allocation de l’eau, avec des applications pour le bassin de la rivière Saskatchewan Sud et la région de la Mer d’Aral. Les chercheurs ont aussi appliqué les outils du système au problème des exportations massives d’eau du Canada pour mieux comprendre le problème et pour fournir de l’orientation pour la prise de décision stratégique.

En analysant les conflits, les chercheurs ont constaté que les litiges concernant les exportations massives d’eau dans l’Ouest du Canada (l’affaire Sun Belt) et dans l’Est du Canada (controverse du lac Gisborne) auraient pu se régler stratégiquement et avoir des conséquences politiques et écologiques potentiellement graves pour le Canada en tant que pays. Une fois les transactions faites, les exportations pouvaient alors être traitées comme une denrée en vertu de l’accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), créant un précédent pour de futures exportations partout au pays. 

Produits

Les chercheurs ont développé des techniques pour l’analyse décisionnelle multicritères qui permettent une évaluation plus réaliste des solutions de rechange aux problèmes de ressources en eau.  

  • Ils ont conçu de nouvelles procédures permettant trier les solutions jugées moins bonnes afin de ne pas les inclure dans les analyses subséquentes. Les chercheurs ont aussi défini une approche unique à la classification multicritères. Ils ont appliqué cette technique à l’approvisionnement en eau dans la région de Waterloo de même qu’aux variations des niveaux d’eau dans les Grands Lacs. Ils ont aussi utilisé les techniques décisionnelles à multiples participants pour les analyses stratégiques des différends concernant l’aquaculture dans l’Ouest du Canada et des conflits impliquant les Premières nations dans la région de la baie James.

Les chercheurs ont communiqué leurs résultats dans des revues nationales et internationales, des actes de conférences, des encyclopédies et des livres.

Présentations choisies

Li, K.W., D.M. Kilgour et K.W. Hipel. Status Quo Analysis in Conflict Resolution, exposé présenté dans le cadre de l’événement Group Decision and Negotiation 2002, tenu à l’université Curtin, Perth (Australie), du 26 au 29 août 2002.

Hamouda, L., K.W. Hipel ry D.M. Kilgour D.M. Strength of Preference in Conflict Resolution, exposé présenté dans le cadre de l’événement Group Decision and Negotiation 2002, tenu à l’université Curtin, Perth (Australie), du 26 au 29 août 2002.

Kilgour, D.M. et K.W. Hipel. Demonstration of the Decision Support System GMCR II, exposé présenté dans le cadre de l’événement Group Decision and Negotiation 2002, tenu à l’université Curtin, Perth (Australie), du 26 au 29 août 2002.

Hipel, K.W. Decision Support Systems in Water Resources Management, discours principal lors de la conférence ICWRER 2002  (International Conference on Water Resources and Environment Research): Water Quantity and Quality Aspects in Modeling and Management of Ecosystems, tenue à la Dresden University of Technology, Dresden (Allemagne), du 22 au 25 juillet 2002.

Kilgour, D.M. Intergovernmental Decision Making – A Strategic Approach Using GMCR II, présentation lors de la séance plénière de l’atelier intitulé Resolving Conflicts – Acknowledging a Scientific Approach, tenu au Zentrum für interdisziplinäre Forschung (Centre for Interdisciplinary Research), Universitat Bielefeld, Bielefeld (Allemagne), juin 2002.

Noakes, D.J., L. Fang, K.W. Hipel et D.M. Kilgour. Conflict Resolution in Resource Management, exposé présenté dans le cadre de la 44e conférence annuelle de la Société canadienne de recherche opérationnelle, tenue à l’hôtel Colony de Toronto (Ontario), du 3 au 5 juin 2002.

Zhang, J., L. Fang et K.W. Hipel. Walkerton Drinking Water Crisis: Modeling and Analysis, exposé présenté dans le cadre de la 44e conférence annuelle de la Société canadienne de recherche opérationnelle, tenue à l’hôtel Colony de Toronto (Ontario), du 3 au 5 juin 2002.

 

Publications choisies

Hipel, K.W., D.M. Kilgour et N.Z. Zhao (2003). « Risk Analysis of the Walkerton Drinking Water Crisis », Canadian Water Resources Journal, vol. 28.

Noakes, D. J., L. Fang, K.W. Hipel et D.M. Kilgour (2003). « An Examination of the Salmon Aquaculture Conflict in British Columbia using the Graph Model for Conflict Resolution », Fisheries Management and Ecology, vol. 10, no 3, p. 123-137.

Obeidi, A., K.W. Hipel et D.M. Kilgour (2002). « Canadian Bulk Water Exports: Analyzing the Sun Belt Conflict using the Graph Model for Conflict Resolution », Knowledge, Technology and Policy, vol. 14, no 4, p. 145-163.

Hipel, K.W., D.M. Kilgour, L. Fang et K.W. Li (2002). « Resolution of Water Conflicts between Canada and the United States », communication sollicitée et publiée à la section 4.3 de State of the Art Report on Systems Analysis Methods for Resolution of Conflicts in Water Resources Management, publication sous la direction de K.D.W. Nandalal et S.P. Simononvic. Rapport préparé pour la Division des sciences de l’eau de l’UNESCO, Paris (France).

 

Résultats
  • Pour l’étude de cas, les chercheurs ont utilisé des problèmes pratiques survenant lors de la gestion des ressources en eau. Cela leur a permis de mieux comprendre et d’apprécier les systèmes de valeurs de toutes les parties impliquées dans les divers conflits concernant les ressources en eau. Par le biais d’analyses stratégiques formelles, les chercheurs ont développé de possibles moyens de résoudre à long terme ces scénarios.
  • Les avancées des chercheurs dans la résolution de conflits peuvent servir aux négociations et discussions dans le but d’en arriver à une solution qui profitera à tous. Lors des discussions, on propose le recours à une tiers qui pourrait aider les concurrents impliqués dans le conflit à parvenir à un accord satisfaisant.
  • De plus, les techniques de résolution de conflits pourraient servir dans un cadre intégratif de gestion adaptative – un système d’« apprentissage par l’action », de sorte que les politiques et les décisions en matière de gestion sont traitées comme des expériences. 
Hipel-01-04_288.jpg

Équipe de Recherche et Partenaires:

Équipe de Recherche

Keith W. Hipel, Université de Waterloo
Isobel W. Heathcote, Université de Guelph
D. Marc Kilgour, Université Wilfrid Laurier
Liping Fang, Université polytechnique Ryerson
Muhong Wang, Université St. Mary’s

Partenaires

CRA Engineering Inc.
Station biologique du Pacifique, Pêches et Océans Canada
Yukon Conservation Society
Canadian Environmental Defence Fund
Environnement Canada
Nation Innu
Commission mixte internationale
Institut canadien du droit et de la politique de l’environnement
Disaster Prevention Research Institute, Kyoto University, Japon
Graduate School of Information Sciences, Tohoko University, Japon