Systèmes durables de traitement des eaux usées grâce à un processus de développement technologique participatif partant de la base – Étude de cas dans des collectivités des Premières nations du nord de l’Ontario

Khosrow Farahbakhsh, professeur agrégé, Université de Guelph, 2013 - 2014
Enjeu

Au Canada, les infrastructures de gestion des eaux usées des collectivités des Premières Nations frisent la décrépitude. Selon l’évaluation réalisée en 2011, 14 % des systèmes inspectés présentaient un risque élevé et 51 % un risque moyen. De plus 1 777 maisons n’avaient aucun système de plomberie intérieur. Cette situation est en partie attribuable à l’absence de réglementation dans les réserves. Les cadres réglementaires imposés en matière de conception, de sécurité et de qualité des infrastructures d’eau entrent souvent en conflit avec les connaissances traditionnelles et locales. En conséquence, l’adoption des cadres antérieurs et les résultats obtenus n’ont été ni efficaces ni appropriés pour les collectivités des Premières nations. Toutefois, les chercheurs tout comme les collectivités autochtones souhaitent vivement combler le fossé qui sépare les connaissances techniques des connaissances traditionnelles ou locales. Les collectivités ont exprimé leur désir de participer au processus décisionnel par l’apport de leurs connaissances traditionnelles et locales.

Le projet vise l’élaboration d’un processus guidé par les Premières nations pour assurer une participation véritable, le renforcement des capacités et des technologies adéquates afin d’appuyer les décideurs des Premières Nations dans une planification du développement des collectivités qui mènera à l’amélioration des infrastructures de gestion des eaux et des eaux usées.

Projet

Le projet sera réalisé en trois phases :

  • Phase 1 : L’équipe du projet déterminera une approche et une méthodologie émanant des Premières Nations en organisant de nombreuses séances de travail avec les intervenants. Ces séances participatives comprendront des ateliers régionaux et communautaires qui aideront à définir l’objet de la recherche et permettront aux Premières Nations de produire un cadre de recherche et une méthodologie de projet.
  • Phase 2 : L’équipe verra à perfectionner et tester les méthodologies élaborées à la phase 1, et étudiera les façons d’assurer une participation véritable, le renforcement des capacités et l’adoption de technologies adéquates dans le cadre de trois projets pilotes réalisés en collaboration avec des collectivités des Premières Nations. Ces projets permettront de concevoir et tester un modèle de formation des capacités de gestion des eaux et eaux usées; tester des moyens d’intégrer des critères déterminés localement au processus de conception de système de gestion des eaux et eaux usées; tester des façons de faire pour accroître les contributions des opérateurs au titre du développement des infrastructures au sein des collectivités
  • Phase 3 : L’équipe fera appel à des experts nationaux de la gestion des eaux et eaux usées pour appuyer les décideurs des Premières Nations dans la planification holistique du développement des collectivités. Il faudra renforcer les liens entre les utilisateurs des systèmes de traitement des eaux usées des petites collectivités éloignées et les établissements de soutien, et établir un réseau national d’expertise en gestion des eaux et eaux usées.
Produits
  • Mise en place d’un réseau national d’expertise en gestion des eaux et eaux usées.
  • Méthodes éprouvées pour intégrer les perspectives locales au processus de conception des systèmes d’eaux et eaux usées dans les collectivités des Premières nations
  • Des ateliers avec les membres des collectivités locales, les chercheurs et les partenaires du projet pour permettre les contributions de chacun et pour discuter des résultats de la recherche.
Résultats
  • Des perspectives locales intégrées qui permettront aux opérateurs de se faire bien entendre au titre du développement des infrastructures communautaires.
  • Un soutien additionnel pour les utilisateurs des systèmes de traitement des eaux usées des petites collectivités éloignées, rendant possible l’éventuelle amélioration de leurs infrastructures d’eaux et d’eaux usées. 
  • Processus décisionnel amélioré, car les collectivités seront en mieux placées pour réagir aux règlements proposés et chercher à s’y conformer.  
Farahbakhsh_Mun_288.jpg

Équipe de Recherche et Partenaires:

Équipe de Recherche

Khosrow Farahbakhsh, professeur agrégé, Université de Guelph
Kim Anderson, professeure agrégée, Université Wilfrid Laurier
Benjamin Kelly, professeur adjoint, Université Nipissing
Carly Dokis, professeure adjointe, Université Nipissing
Robert Innes, professeur adjoint, Université de la Saskatchewan

Partenaires

Ministère de l’Environnement de l’Ontario
Aboriginal Water and Wastewater Association of Ontario
Centre ontarien des eaux usées rurales
Première nation de Curve Lake F
Première nation de Dokis
Kitchenuhmaykoosib Inninuwug
Nation Anishinabek
Novus Environmental
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
Services communautaires et gouvernementaux – Nunavut
Comité central mennonite (Manitoba)
Ecology North