Comprendre le mécanisme biologique sous-tendant le lien entre l’exposition aux trihalométhanes et les complications en cours de grossesse

Linda Dodds, professeure, Université Dalhousie, 2001 - 2004
Enjeu

La plupart des systèmes d’eau potable en Amérique du Nord utilisent la désinfection par chloration. Le chlore peut toutefois réagir avec des substances organiques présentes dans l’eau et produire plusieurs catégories de sous-produits chimiques, dont les trihalométhanes (THM). Des études ont démontré que l’exposition à ces sous-produits de la désinfection durant la grossesse peut mener à certaines complications (mort fœtale, avortement spontané, malformations congénitales, et retard de croissance fœtale). Or, on possède très peu de connaissances sur les mécanismes biologiques potentiels en jeu. Des chercheurs sont parvenus à associer des perturbations dans les concentrations d’homocystéine chez la femme enceinte et le fœtus, un acide aminé lié à plusieurs processus métaboliques importants, à un éventail d’effets néfastes en lien avec l’exposition aux THM dans l’eau potable.

Le projet vise à parfaire les connaissances quant au lien entre l’exposition aux THM et les complications en cours de grossesse en étudiant les impacts sur le métabolisme de l’homocystéine.

Projet

Le projet est l’un des premiers à examiner le lien entre l’exposition aux sous-produits de la désinfection et certaines complications en cours de grossesse aux fins de définir le mécanisme biologique en cause. Les chercheurs sont partis de l’hypothèse que l’exposition aux sous-produits de la désinfection entravait le métabolisme de l’homocystéine, et se traduisait par des concentrations élevées de l’acide aminé. Ils ont étudié en quoi la présence de phénotypes spécifiques liée au métabolisme de substances chimiques dans l’environnement modifiait l’effet des THM sur les concentrations d’homocystéine. Ils ont également vérifié des hypothèses cruciales relatives à l’échantillonnage de l’eau, de manière à obtenir de l’information utile sur l’exposition individuelle. Ils ont tiré les conclusions suivantes : les échantillons prélevés le matin étaient représentatifs des concentrations d’homocystéine tout au long de la journée; il y avait une faible variabilité entre les jours de la semaine; les concentrations de sous-produits étaient plus élevées dans les échantillons d’eau chaude que ceux d’eau froide; et les concentrations étaient plus élevées en l’absence d’ajustement du pH au moment du prélèvement.

Tirant parti des processus de recrutement et de collecte de sang organisés au titre d’une étude de cohorte en cours, les chercheurs ont recruté 170 femmes à moins de 20 semaines de grossesse. Les femmes ont toutes fourni un échantillon de sang et un échantillon d’eau prélevé à leur domicile, et ont rempli un questionnaire sur leur utilisation de l’eau. La concentration d’homocystéine et les facteurs de susceptibilité génétique ont été mesurés dans l’échantillon de sang.

L’analyse des données a révélé qu’il n’y avait aucun lien entre l’exposition aux sous-produits et la concentration d’homocystéine. D’importantes associations pouvaient cependant être faites avec des prédicteurs établis de la concentration d’homocystéine, notamment l’âge, l’âge gestationnel, l’apport complémentaire d’acide folique et les concentrations sériques de folate.

Bien qu’elle n’ait révélé aucun lien avec l’exposition aux THM, l’étude a néanmoins fourni certaines connaissances utiles. Les chercheurs ont dénoté un apport complémentaire élevé en acide folique chez la population étudiée, apport qui peut réduire l’élévation des concentrations d’homocystéine. Le fait qu’il n’y ait pas de lien observable entre l’exposition aux THM et les concentrations d’homocystéine au sein d’une population qui bénéficie d’un apport complémentaire en acide folique de cette teneur ne permet cependant pas de conclure qu’il n’y en a pas chez celles où cet apport fait défaut. L’envergure limitée de l’étude, quant au nombre et à la diversité des participantes, de même qu’aux écarts en matière d’exposition, réduisait cependant la probabilité que les chercheurs observent des associations importantes avec les concentrations d’homocystéine.

Produits

Le projet a permis l’acquisition de connaissances utiles relativement à l’exposition individuelle qui contribueront à réduire les erreurs de classification et mèneront à la réalisation d’une étude aux fins de mieux évaluer la relation sous-jacente véritable entre les sous-produits de la désinfection et les risques pour la santé. 

Dodds 288

Équipe de Recherche et Partenaires:

Équipe de Recherche

Linda Dodds, professeure, Université Dalhousie
Thomas Massey, professeur, Université Queen’s
Graham Gagnon, professeur, Université Dalhousie

Partenaires

Santé Canada
IWK Health Centre